L'adoption d'un animal

 

 

 

Soins de l'animal

 

Ses sorties

- Faire la différence entre la « pause pipi » (qui ont lieu 3 à 4 fois par jour « davantage pour un chiot) et la vraie promenade détente (30 minutes au moins).
- En ville elles se font en laisse – Je lui apprends à se soulager dans le caniveau ou je nettoie. – Je ne le laisse surtout pas jouer dans les bacs à sables destinés aux enfants. – (on peut lâcher le chien dans des espaces signalés, en forêt ou à la campagne.)
- Le chien est considéré comme étant en état de divagation s’il est à plus de 100 mètres de son maître, hors de sa surveillance effective ou de sa portée de voix. Il risque la fourrière.

 

Son alimentation ...

- Tous les chiens ne sont pas soumis au même régime : leur taille, leur âge, leur état physiologique, leur activité conditionnent leurs besoins nutritionnels.
- Le chien mange après son maître.
- Le chien accepte de manger tous les jours le même aliment et c’est meilleur pour sa santé.
- Surveiller le poids de son animal,
- Pas d’exercice après les repas, surtout pour les grands chiens, (rapidement victimes de la redoutable torsion d’estomac.
- Ce qui est bon pour l’homme ne l’est pas forcément pour le chien (le chocolat est toxique pour lui, il digère mal les sauces…)

 

Son bien être …

- Le bien-être d’un gros chien est plus difficile à garantir dans un appartement mais ce qui compte surtout pour lui c’est la présence de son maître…
- La situation du logement peut avoir des conséquences imprévues.
- Dans la maison, la corbeille du chien n’est pas dans un endroit stratégique (en travers d’une porte, devant un escalier ou une chambre).
- Il ne faut pas confiner l’animal en l’absence de son maître.

 

 

De l'adoption à l'adaptation

 

(extrait du magazine La voix des bêtes)

 

L'arrivée d'un chien dans  un foyer, c'est une fête. Mais pour qu'elle soit réussie et surtout qu'elle se poursuive tous les jours, il faut adopter d'emblée certains principes d'éducation. et ne jamais perdre de vue qu'un chien adopté s'éduque aussi bien qu'un autre quand on sait s'y prendre.

 

Adopter on voudrait bien. mais on hésite : pas par manque de cœur mais par manque de confiance. Avant tout manque de confiance en nous et dans nos propres capacités à choisir le chien avec lequel tout se passera bien. Manque de confiance aussi dans nos propres capacités à éduquer ce chien ...

 

Avoir ce genre d'appréhensions c'est se priver d'un grand bonheur. celui d'accueillir sous son toit un malheureux à qui on va redonner le goût à la vie.

 

De surcroît ces craintes ne sont pas fondées. d'abord parce que les chiens susceptibles de poser des problèmes en raison de leur passé traumatisant ne sont pas légion par rapport à la masse des adoptés.

 

Dans un refuge sérieux, les responsables s'efforcent de guider les futurs maîtres vers le chien qui conviendra mieux à leur âge, leur mode de vie et le contexte familial : appartement ou maison avec jardin, avec ou sans enfants, travaillant à l'extérieur ou présent toute la journée.

 

Ensuite même s'il parait plus facile d'éduquer un chiot, un chien arrivé à l'âge adulte, adopté dans un refuge est tellement reconnaissant à ses maîtres que son amour pour eux va lui faire faire de rapides progrès. Il ne demande qu'un chose : leur plaire.

 

 

Sitôt qu'il aura compris ce qui les rend heureux, il se montrera le plus obéissant des chiens: voilà pourquoi le maître doit manifester bruyamment sa satisfaction quand son ordre est exécuté. le cas est un peu plus difficile avec un chien âgé d'une dizaine d'années, bien, ancré dans ses habitudes. Mais là encore, l'amour peut tout.

 

 

En famille apprenez lui à trouver sa place

 

La première et la plus importante est de lui montrer qui est le maître.

 

Dans la hiérarchie canine, il y a toujours un dominant : si ce n'est pas vous, devinez qui en jouera le rôle ?  C'est pourquoi il est primordial d'établir dés les premières heures des interdits : non, il n'a pas accès au lit ou au canapé, car le jour où pour une raison qui vous est propre, vous changerez les règles en le chassant de cet endroit jusqu'alors autorisé, le chien peut se rebeller en toute légitimité.

 

Certains peuvent objecter que leur chien a toujours mangé en premier, qu'il regarde la télé couché sur le canapé et que cela n'a jamais posé aucun problème.

 

Tant mieux pour tout le monde. Mais cela peut en poser le jour où on le fait descendre du canapé, surtout si ce chien a un passé douloureux. ces problèmes(attitude d'intimidation marquée par des grognements, voire un simulacre de morsure) apparaissent aussi chez les chiens vieillissants. Il est alors bien tard pour revenir en arrière !

 

L'arrivée d'un chien dans votre vie est source de changements pour votre entourage : famille, enfants,, autres animaux. C'en est une aussi pour vos voisins. Pour que persistent de bonnes relations avec eux, présentez-leur votre nouveau compagnon ; si dans les premiers temps, il fait du bruit en aboyant, excusez vous auprès d'eux de ces petits désagréments : n'hésitez pas à offrir des fleurs, une boite de chocolat pour les remercier de leur patience, bref ne jouez pas l'indifférence ! Ils ne pourront que vous savoir gré de votre bonne volonté.

 

En ville, la propreté, le silence et la laisse.

 

Dans un univers citadin, déjà soumis au bruit, un chien qui aboie dans la journée en l'absence de ses maîtres est un trouble de voisinage pas toujours supportable. Vous devez absolument apprendre la séparation à votre compagnon, que vous partiez pour une heure ou plus. La difficulté réside dans le fait que avez affaire à un adopté, donc à un hyper émotif.

A ce propos, des maîtres qui trouvent leur intérieur dévasté par un chien laissé pour la journée, s'imaginent qu'il s'agit d'une vengeance. C'est lui prêter des sentiments d'humains, qu'il n'aura jamais ! Le canapé ou les rideaux saccagés sont une traduction de son anxiété, qui tourne à la panique. Dans cette perspective, lui infliger une correction à votre retour n'a aucune efficacité : elle redouble son angoisse mais ne le dissuadera pas de recommencer.

 

Donc mieux vaut lui apprendre à rester seul.

 

Il s'agit avant tout de ne pas dramatiser ce moment : ne redoubler pas de caresses avant de partir, c'est le meilleur moyen pour lui communiquer votre stress. partez dans l'indifférence, sans vous retourner, en ayant pris soin de vous désintéresser de lui un quart d'heure avant votre départ. Vous ferez de même au retour : ne répondez pas à ses manifestations de joie _ je sais c'est dur! ne lui faites pas la fête avant dix bonnes minutes.

Et  s'il a commis des dégâts, ignorez-les en sa présence: vous rangerez après.

 

Si une fois la porte claquée, votre chien aboie, revenez et grondez le. Répétez l'opération : s'il recommence, jetez quelque chose à côté de lui. ce geste va le désorienter, le détourner de son angoisse et le pousser plus facilement à vous entendre, donc à vous obéir.

 

Pour lui faire passer le temps, laissez lui un objet ou un vêtement imprégné de votre odeur. Et ne culpabilisez pas si vous partez plusieurs heures : les animaux n'ont pas la même notion du temps que nous.

Si vous avez un chiot, apprenez lui à se détacher de vous.; C'est ce que fait tout naturellement sa mère en prenant l'initiative des jeux et des câlins et en refusant progressivement à ses chiots la possibilité de dormir à ses côtés.

 

Une étape indispensable pour passer à l'âge adulte ... qui n'est en général pas franchie avec des humains. Soyez une mère pour lui : décidez vous même des horaires de caresses  et des plages de jeu. Vous serez récompensé de vos efforts en ayant un chien équilibré, bien dans sa peau, qui vivra sereinement vos absences.

 

Apprendre à vivre dans une communauté, familiale ou citadine, signifie aussi pour le chien être propre.

Une éducation qui se fait en général sans problème à la maison des les premières semaines avec le maître et qui doit se poursuivre de même à l'extérieur.

Comment lui apprendre le caniveau ?

Dés qu'il se met en position de faire ses besoins, tirez le de quelques centimètres vers l'endroit adéquat avec sa laisse. Vous n'obtiendrez pas satisfaction la première fois, mais la répétition obstinée de cette action l'amènera progressivement à comprendre ce que vous attendez de lui.

 

Tout aussi indispensable en ville, l'apprentissage de la marche en laisse : rien de plus désagréable et de plus fatiguant qu'un chien qui tire comme un forcené! Avec un adulte, procédez comme avec un chiot. L'animal qui tire le fait volontiers par jeu : il suffit dans un premier temps de lui donner du mou pour le surprendre, puis aussitôt tirer d'un coup sec pour le rappeler à l'ordre. Renouvelez la manœuvre aussi souvent que nécessaire. Votre chien comprendra vite, n'oubliez pas qu'il vous aime.

© 2023 by Name of Template. Proudly created with Wix.com

ASSOCIATION AMIS DES BÊTES - CHEMIN DES MASSONNAT - 73100  AIX LES BAINS TEL 04.79.61.24.63. / 06.85.28.21.50.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now